Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 14:33
mardi, 3 juin 2008 à 23:00
Rediffusions :
16.06.2008 à 03:00
Voir le programme
Le voyage des femmes de Zartalé
(France, 2005, 90mn)
ARTE F
Réalisateur: Claude Mourieras


La route de la guérison est longue pour les femmes tuberculeuses d'un village afghan : le voyage pour rejoindre l'hôpital le plus proche est coûteux et dangereux, et les soins médicaux se heurtent aux traditions. Un documentaire éclairant sur la condition des femmes afghanes en milieu rural.


ARTE F © Novaprod

La province de Ghorr, au centre de l'Afghanistan, est une région montagneuse difficile d'accès. Il n'y a pas de routes, pas d'électricité, et le seul centre de santé de la région se trouve dans la petite bourgade de Chaghcharan. Cet hôpital d'une trentaine de lits est le dernier recours pour les paysans des villages environnants lorsqu'ils ont épuisé tous les remèdes de grands-mères et autres talismans vendus par les mollahs des villages. Tout le personnel de l'hôpital est afghan, sauf une sage-femme hollandaise qui travaille pour Médecins du monde.
Dans le terrain qui entoure l'hôpital, une tente accueille à l'écart les femmes tuberculeuses et leur famille pendant les deux mois du traitement. En Afghanistan, ce sont surtout les femmes qui sont touchées par la tuberculose. Mais pour qu'une femme soit soignée, il faut déjà qu'elle existe aux yeux des hommes. Et ce droit à l'existence n'est pas toujours acquis : recluses dans les maisons, dans des villages inaccessibles, leur vie dans la belle-famille est souvent un enfer.
Claude Mourieras a accompagné trois d'entre elles pendant plusieurs semaines dans le village de Zartalé et à l'hôpital de Chaghcharan ; et décrit la complexité du processus de soins tant du point de vue des patients que de leur famille. Quel est le prix à payer pour qu'une femme malade guérisse ? Sa survie est le résultat d'un énorme effort de toute la famille. Son mari et ses plus jeunes enfants doivent l'accompagner à l'hôpital. Pour le mari, rester à l'hôpital, c'est ne rien faire pendant des semaines entières. Qui va nourrir le reste de la famille pendant ce temps-là ? Mais même lorsque le mari, le beau-père ou l'oncle décident de soigner une femme, la route vers la guérison est longue. La religion, les croyances, les habitudes sociales, le manque d'expérience sont autant de problèmes et d'embûches pour les malades. Comment une femme qui n'est jamais sortie de son village, qui ne sait ni lire ni écrire, peut-elle imaginer que, sans l'aide de Dieu, une petite pilule prise à l'heure du repas puisse sauver sa vie ?
Pourtant, la promiscuité de la tente ou des salles communes de l'hôpital permet, sans doute pour la première fois, à des femmes d'échanger leur expérience de réfléchir à la condition qui leur est faite et qu'elles ont, dans une certaine mesure, intégrée et acceptée. L'hôpital et la tente des tuberculeuses deviennent ainsi un lieu de prise de conscience politique, un microcosme où se confrontent tradition et modernité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Faboisset - dans Moeurs
commenter cet article

commentaires