Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 14:46
Selon un avis officiel de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments, l'organisme génétiquement modifié, interdit en France, ne serait pas nuisible à l'homme.

l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a-t-elle été payé par Monsanto ?

L'Afssa remet en cause le rapport d'Yvon Le Maho, sur lequel s'est basée la France pour interdire la culture du MON 810. Mais l'agence ne prend en compte que son domaine de compétence, la sécurité sanitaire, alors qu'Yvon le Maho a également étudié l'impact du maïs transgénique aux niveaux environnementaux et socio-économiques.

L'Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA
) avait estimé, au contraire, qu'aucune preuve scientifique, en termes de risques pour la santé humaine ou animale ou pour l'environnement, n'a été fournie pour justifier l'invocation d'une clause de sauvegarde", ouvrant la porte à une bataille entre Paris et Bruxelles sur le sujet.

L'Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA
) a-t-elle été payé par Monsanto ?

Le mois suivant, Monsanto avait tenté sans succès de faire lever la mesure devant le Conseil d'Etat.

C'est Jean-François Le Grand, sénateur UMP, qui a demandé l'application de la clause de sauvegarde. D'après lui, l'étude de l'Afssa a été conduite selon des protocoles d'étude dépassés, qui sont amenés à changer prochainement.

Pour la FNSEA, premier syndicat agricole français, "il est temps que le gouvernement se mouille, qu'il prenne ses responsabilités vis-à-vis de Monsanto, des producteurs de maïs et des consommateurs". De leur côté, les écologistes ont dénoncé un rapport favorable aux producteurs d'OGM.

"Le lobby pro-OGM essaie à chaque fois, avant chaque grande échéance européenne, de repousser le bouchon pour essayer de vendre sa camelote", a déclaré sur France Inter le militant anti-OGM José Bové. L'ancienne ministre de l'environnement Corinne Lepage a même dénoncé une"opération de manipulation".


Jean-Louis Borloo doit défendre cette clause, le 16 février, devant la Commission européenne.
Allez Jean Louis !

Partager cet article

Repost 0
Published by Faboisset - dans Observatoire
commenter cet article

commentaires