Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 18:42
Image fournie par l'Agence spatiale européenne, montrant les objets en orbite autour de la Terre.


La banlieue terrestre polluée par les débris spatiaux
LE MONDE | 14.02.09 | 13h59  •  Mis à jour le 16.02.09 | 12h57


Dans le silence éternel des espaces infinis, une déflagration muette est intervenue, mardi 10 février, 800 km à l'aplomb de la Sibérie. Pour la première fois dans l'histoire spatiale officielle, deux satellites sont entrés en collision. Kosmos 2251, un satellite militaire russe, hors service depuis 1995, et Iridium 33, un satellite de télécommunications américain, encore en fonctionnement, ont été pulvérisés par l'impact, propulsant autour du globe une nuée de débris. Et polluant pour des siècles une des régions de l'espace les plus utilisées."Ce genre d'événement était à redouter depuis un moment déjà", indique Fernand Alby, responsable du service "débris spatiaux" au Centre national d'études spatiales (CNES). Depuis 1957 et le lancement de Spoutnik 1, les engins spatiaux n'ont cessé d'encombrer la banlieue terrestre : 6 000 environ ont été lancés. Diverses explosions et collisions ont engendré des millions de débris qui, à une vitesse moyenne de 28 000 km/h, constituent des projectiles destructeurs en cas de collision.


Avant le choc Kosmos-Iridium, rappelle Fernand Alby, "trois accidents ont été officiellement recensés" : le 24 juillet 1996, un fragment du troisième étage d'une Ariane, qui avait explosé dix ans auparavant, a percuté le microsatellite militaire français Cerise. Le 17 janvier 2005, l'étage d'un lanceur américain Thor a été heurté par un débris chinois. Et, enfin, en décembre 1991, un Kosmos aurait été touché par un fragment d'un de ses jumeaux, selon une reconstitution américaine a posteriori.


TRAQUE PERMANENTE


Plus récemment, des collisions volontaires ont eu lieu : en février 2008, la Navy américaine a détruit l'un de ses satellites. Celui-ci se trouvait à très basse altitude, si bien que les débris ont rapidement brûlé dans la haute atmosphère. Cette démonstration visait avant tout la Chine qui, le 11 janvier 2007, avait pulvérisé l'un de ses satellites météorologiques, faisant la preuve de l'efficacité de son système d'interception antisatellite. Mais engendrant aussi quelque 150 000 débris de plus de 1 cm.

Parmi eux, 2 800 mesurant plus de 5 cm sont suivis en permanence par le réseau de surveillance spatiale américain. Seuls 2 % sont retombés sur la Terre. La majorité polluera notre banlieue spatiale pendant encore des décennies, voire des siècles, si l'on en croit le numéro de janvier de la lettre Orbital Debris de la NASA.

Ce sont les Américains qui connaissent le mieux la destinée de ces déchets orbitaux. L'US Strategic Command les traque en permanence, à l'aide d'un réseau mondial de radars et de télescopes optiques. Chaque jour, il met en ligne un catalogue de 12 500 objets de plus de 10 cm (dont 7 % sont opérationnels), à disposition des autres agences spatiales. Ces données sont expurgées des informations ayant trait à la flotte spatiale militaire américaine, et les trajectoires livrées sous une forme dégradée. Pas assez précises pour prédire des collisions, mais suffisamment pour déceler des risques éventuels, au moins quelques jours à l'avance.

Le temps pour la France, qui s'est dotée de ses propres moyens d'observation, de procéder à des vérifications, grâce à des radars de poursuite de la direction générale de l'armement. Ceux-ci viennent compléter le Grand Réseau adapté à la veille spatiale (Graves) chargé de surveiller les activités en orbite basse. Ces informations permettent au CNES de sécuriser la trajectoire de quinze satellites civils et militaires. Chaque année, trois à quatre manoeuvres d'évitement sont ainsi effectuées au sein de cette flotte.

Comment expliquer que la société Iridium n'ait pas fait de même ? Négligence ? "Cette géométrie d'impact, à angle droit, est le cas le moins probable. Même avec des informations précises sur les trajectoires, il était difficile à prévoir", estime Heiner Klinkrad, responsable du bureau des débris spatiaux de l'Agence spatiale européenne.

Celle-ci ne peut mener que des campagnes d'observation ponctuelles, "qui ont un intérêt statistique, mais ne permettent pas de prédire des trajectoires", indique M. Klinkrad. Mais l'Europe réfléchit à un moyen de surveillance civile. Un programme préparatoire devrait aboutir à des recommandations en 2011.


MULTIPLICATION DES ACCIDENTS


Le secteur spatial a pris conscience que de tels accidents vont se multiplier. "Il n'y a malheureusement pas beaucoup de solutions, constate Fernand Alby. Récupérer ces débris serait techniquement difficile et extrêmement coûteux. Le mieux est de prévoir dès leur lancement la fin de vie des satellites, dans l'atmosphère."

Même si ces précautions étaient adoptées, le risque de collision subsistera. Certaines modélisations prévoient même des phénomènes de réactions en chaîne, étalés sur plus d'un siècle. "Le récent événement ne va pas arranger les choses", prédit Fernand Alby. Dans les prochains jours, assure-t-il, les agences spatiales vont faire tourner leurs ordinateurs pour réévaluer la situation. Les occupants de la station internationale, qui tournent à 370 km au-dessus de la Terre, ne semblent pas menacés. Pour l'instant.


Hervé Morin
Article paru dans l'édition du 15.02.09

Partager cet article

Repost 0
Published by Faboisset
commenter cet article

commentaires