Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 avril 2009 5 10 /04 /avril /2009 12:01
Ou l'on aprrend que près de 1 250 000 enfants de 9 à 14 ans sont vendus (souvent au prix de 1 dollar par kilo) et réduits au travail forcé  tel que la cueillette des cabosses, l’extraction des graines à l’aide de la machette, le déplacement de charges très lourdes et l’application de pesticides et ce jusqu'à douze heures par jour.

Dans votre barre de chocolat, des enfants esclaves.

Boycott des grandes marques

Adoption du commerce équitable.




Déclaration de Berne ONG




Pour en savoir plus (et signez la pétition en ligne): www.ladb.ch/chocolat

 










Repost 0
Published by Faboisset - dans Politique
commenter cet article
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 19:15
L’Etat vole au secours du très mal en point secteur automobile(et la planête, elle est pas mal en point!). Après la prime à la casse en décembre, Nicolas Sarkozy a levé le voile hier sur son « pacte automobile », un plan d’aide d’un montant de 7,8 milliards d’euros; 6,5 milliards de prêt plus un ajout de 1,3 milliard aux aides déjà accordées aux établissements financiers (encore les mêmes qui se sucrent!) aux sous-traitants.


Et pourquoi l'etat donnerait pas 8milliartds d'aide au développement durable ou aux gens plutôt qu'à ces voitures bruyantes, moches, qui puent et  polluent ! Bichonnez votre vélo

MOINS D'AUTOS MOINS DE TOTOS






Repost 0
Published by Faboisset - dans Politique
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 15:40
Repost 0
Published by Faboisset - dans Observatoire
commenter cet article
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 12:13
Menacé d'expulsion à Strasbourg, il se suicide chez son bailleur
Reuters 26.03.09 | 19h30

STRASBOURG (Reuters) - Un Strasbourgeois de 58 ans en conflit avec son bailleur, la Société d'aménagement et d'équipement de la Région de Strasbourg (Sers), s'est suicidé lundi dans les locaux de cette société, a-t-on appris de source judiciaire.

"Il s'est donné un coup de couteau dans le coeur", a indiqué le parquet de Strasbourg qui a ouvert une enquête pour recherche des causes de la mort.

Selon les Dernières nouvelles d'Alsace, qui révèlent l'information dans leur édition de jeudi, Jean-Jacques Mignot menait depuis des années une bataille juridique contre la Sers qui souhaitait l'expulser pour réaménager un îlot d'immeubles à Strasbourg.

Le quotidien précise qu'il avait gagné un procès en première instance mais appréhendait la procédure d'appel qui devait être jugée au mois d'avril.

Ce père de quatre enfants hébergeait "des personnes sans logis, des gens en attente d'insertion", selon un de ses amis, Denis Ledogar, aumônier des Hôpitaux universitaires de Strasbourg, aux côtés duquel il assistait les malades depuis huit ans.

La Sers aurait pris argument de ces hébergements pour appuyer sa demande d'expulsion.

"On ne savait pas qu'il le faisait gracieusement", a expliqué à Reuters le directeur de la société, Eric Fullenwarth.

Les sans-logis occupaient un rez-de-chaussée vide, sans électricité, qui ne faisait pas partie des 230 m2 loués par Jean-Jacques Mignot.

Plusieurs propositions de relogement auraient été faites en vain par la Sers à son locataire. "On ne comprend pas", affirme Eric Fullenwarth.

Gilbert Reilhac, édité par Sophie Louet

Repost 0
Published by Faboisset - dans Politique
commenter cet article
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 14:20
Ou la vie d'émir

La France accorde une exonération d'impôts aux avoirs du Qatar
LE MONDE | 21.02.09 | 13h36  •  Mis à jour le 21.02.09 | 13h36


Adoptée jeudi 19 février au Sénat, la convention fiscale avec le Qatar ne manquera pas de contribuer au renforcement des liens entre l'émirat et la République française. Rares sont les textes internationaux soumis avec une telle diligence à la ratification du Parlement.

Mais Nicolas Sarkozy ne se cache pas de vouloir se rapprocher du Qatar. Le président de la République s'y est rendu à deux reprises en 2008. C'est lors du déplacement à Doha, le 14 janvier 2008, qu'a été signé cet avenant destiné à "améliorer l'attractivité de la France pour les investisseurs qataris, notamment dans le secteur immobilier".

L'Assemblée nationale l'a approuvé en première lecture neuf mois plus tard. Parmi les dispositions, une en particulier déroge au modèle établi par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et aux conventions signées par la France dans cette région.

Elle exonère d'impôt les plus-values immobilières et les gains en capital réalisés par le Qatar ou ses "entités publiques" - y compris, donc, la famille de l'émir - sur des biens détenus en France. Seul le Koweït bénéficie d'une clause similaire.

Un autre article de la convention étend la période d'exclusion de l'impôt sur la fortune des biens situés hors de France pour les citoyens du Qatar résidant en France.

Pourquoi cette faveur, au bénéfice exclusif de quelques très hauts dignitaires et de la famille de l'émir du Qatar ? Les négociations ont été engagées, rappelle le rapporteur du Sénat, Adrien Gouteyron (UMP), "en raison des projets respectifs d'investissement en France et au Qatar".

L'émirat, qui détient la troisième réserve de gaz de la planète et connaît une croissance économique de l'ordre de 14 %, dispose de considérables excédents financiers. C'est pour la France un enjeu stratégique sur le plan économique : Total, EADS, Technip, Air liquide, Vinci Constructions, Suez, Areva ont signé ces dernières années des accords ou sont engagés dans des projets majeurs. La France est le premier fournisseur du Qatar en matière d'armement.

LA RANÇON DE LA RANÇON

A l'inverse, plusieurs opérations immobilières d'envergure ont été menées récemment par les investisseurs qataris. A commencer par l'émir Hamad Ben Khalifa Al-Thani, qui a acquis l'hôtel d'Evreux, une des plus belles propriétés de la place Vendôme, à Paris. En juillet 2007, son frère a racheté au baron Guy de Rothschild, pour 80 millions d'euros, l'hôtel Lambert, sur l'île Saint-Louis, au coeur de la capitale. Enfin, le centre de conférences internationales de l'avenue Kléber a été racheté, pour 460 millions d'euros, par un fonds d'investissement qatari afin d'être transformé en hôtel grand luxe.

Cette "immunité fiscale" a aussi à voir avec les liens privilégiés que M. Sarkozy a établis dans la région avec le Qatar. La rapporteur de l'Assemblée nationale, Marie-Louise Fort (UMP), rappelle que ce dernier "a joué un rôle discret, mais sans doute décisif, dans les négociations qui ont conduit à la libération des infirmières bulgares emprisonnées en Libye". En clair, le Qatar a mis la main à la poche. Ce régime de faveur est en quelque sorte la rançon de la rançon.


Patrick Roger
Article paru dans l'édition du 22.02.09
Repost 0
Published by Faboisset - dans Politique
commenter cet article
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 14:15
Ou on aimerait savoir quels sont les  critères de pertinence  d'une oeuvre d'art

Chaque oeuvre suscite bien le débat après être montrée, c'est aussi le cas avant leur exposition publique.

"Les oeuvres d'art reposent sur des choix collectifs validés par une commission qui évaluent leurs pertinences",
indique Madame la directrice du Frac




Repost 0
Published by Faboisset - dans Observatoire
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 19:24

Une perle !
Repost 0
Published by Faboisset - dans Observatoire
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 16:03
Aujourd'hui,  je voulais acheter une plante chez Jardiland (33). Je me suis arrêtée au rayon animalerie.
J'ai vu le spectacle le plus affligeant qui soit.
Un grand écureuil enfermé dans une cage toute petite.
Cette malheureuse bête, qui avait l'air folle,  faisait un mouvement répetitif, qui consistait à sauter sur le grillage en fer de sa prison.
C'est scandaleux de maintenir des animaux aussi grands dans des espaces aussi petits. 
Boycottez Jardiland.
Envoyez des mails sur le site de Jardiland pour que cesse ce genre de pratique barbare.
Et surtout n'achetez plus rien chez eux !
Repost 0
Published by Faboisset - dans Moeurs
commenter cet article
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 19:28
03mind-500.jpg
The Muddled Tracks of All Those Tears, NY Times

VOIR SON SITE
Repost 0
Published by Faboisset - dans Peinture
commenter cet article
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 18:42
Image fournie par l'Agence spatiale européenne, montrant les objets en orbite autour de la Terre.


La banlieue terrestre polluée par les débris spatiaux
LE MONDE | 14.02.09 | 13h59  •  Mis à jour le 16.02.09 | 12h57


Dans le silence éternel des espaces infinis, une déflagration muette est intervenue, mardi 10 février, 800 km à l'aplomb de la Sibérie. Pour la première fois dans l'histoire spatiale officielle, deux satellites sont entrés en collision. Kosmos 2251, un satellite militaire russe, hors service depuis 1995, et Iridium 33, un satellite de télécommunications américain, encore en fonctionnement, ont été pulvérisés par l'impact, propulsant autour du globe une nuée de débris. Et polluant pour des siècles une des régions de l'espace les plus utilisées."Ce genre d'événement était à redouter depuis un moment déjà", indique Fernand Alby, responsable du service "débris spatiaux" au Centre national d'études spatiales (CNES). Depuis 1957 et le lancement de Spoutnik 1, les engins spatiaux n'ont cessé d'encombrer la banlieue terrestre : 6 000 environ ont été lancés. Diverses explosions et collisions ont engendré des millions de débris qui, à une vitesse moyenne de 28 000 km/h, constituent des projectiles destructeurs en cas de collision.


Avant le choc Kosmos-Iridium, rappelle Fernand Alby, "trois accidents ont été officiellement recensés" : le 24 juillet 1996, un fragment du troisième étage d'une Ariane, qui avait explosé dix ans auparavant, a percuté le microsatellite militaire français Cerise. Le 17 janvier 2005, l'étage d'un lanceur américain Thor a été heurté par un débris chinois. Et, enfin, en décembre 1991, un Kosmos aurait été touché par un fragment d'un de ses jumeaux, selon une reconstitution américaine a posteriori.


TRAQUE PERMANENTE


Plus récemment, des collisions volontaires ont eu lieu : en février 2008, la Navy américaine a détruit l'un de ses satellites. Celui-ci se trouvait à très basse altitude, si bien que les débris ont rapidement brûlé dans la haute atmosphère. Cette démonstration visait avant tout la Chine qui, le 11 janvier 2007, avait pulvérisé l'un de ses satellites météorologiques, faisant la preuve de l'efficacité de son système d'interception antisatellite. Mais engendrant aussi quelque 150 000 débris de plus de 1 cm.

Parmi eux, 2 800 mesurant plus de 5 cm sont suivis en permanence par le réseau de surveillance spatiale américain. Seuls 2 % sont retombés sur la Terre. La majorité polluera notre banlieue spatiale pendant encore des décennies, voire des siècles, si l'on en croit le numéro de janvier de la lettre Orbital Debris de la NASA.

Ce sont les Américains qui connaissent le mieux la destinée de ces déchets orbitaux. L'US Strategic Command les traque en permanence, à l'aide d'un réseau mondial de radars et de télescopes optiques. Chaque jour, il met en ligne un catalogue de 12 500 objets de plus de 10 cm (dont 7 % sont opérationnels), à disposition des autres agences spatiales. Ces données sont expurgées des informations ayant trait à la flotte spatiale militaire américaine, et les trajectoires livrées sous une forme dégradée. Pas assez précises pour prédire des collisions, mais suffisamment pour déceler des risques éventuels, au moins quelques jours à l'avance.

Le temps pour la France, qui s'est dotée de ses propres moyens d'observation, de procéder à des vérifications, grâce à des radars de poursuite de la direction générale de l'armement. Ceux-ci viennent compléter le Grand Réseau adapté à la veille spatiale (Graves) chargé de surveiller les activités en orbite basse. Ces informations permettent au CNES de sécuriser la trajectoire de quinze satellites civils et militaires. Chaque année, trois à quatre manoeuvres d'évitement sont ainsi effectuées au sein de cette flotte.

Comment expliquer que la société Iridium n'ait pas fait de même ? Négligence ? "Cette géométrie d'impact, à angle droit, est le cas le moins probable. Même avec des informations précises sur les trajectoires, il était difficile à prévoir", estime Heiner Klinkrad, responsable du bureau des débris spatiaux de l'Agence spatiale européenne.

Celle-ci ne peut mener que des campagnes d'observation ponctuelles, "qui ont un intérêt statistique, mais ne permettent pas de prédire des trajectoires", indique M. Klinkrad. Mais l'Europe réfléchit à un moyen de surveillance civile. Un programme préparatoire devrait aboutir à des recommandations en 2011.


MULTIPLICATION DES ACCIDENTS


Le secteur spatial a pris conscience que de tels accidents vont se multiplier. "Il n'y a malheureusement pas beaucoup de solutions, constate Fernand Alby. Récupérer ces débris serait techniquement difficile et extrêmement coûteux. Le mieux est de prévoir dès leur lancement la fin de vie des satellites, dans l'atmosphère."

Même si ces précautions étaient adoptées, le risque de collision subsistera. Certaines modélisations prévoient même des phénomènes de réactions en chaîne, étalés sur plus d'un siècle. "Le récent événement ne va pas arranger les choses", prédit Fernand Alby. Dans les prochains jours, assure-t-il, les agences spatiales vont faire tourner leurs ordinateurs pour réévaluer la situation. Les occupants de la station internationale, qui tournent à 370 km au-dessus de la Terre, ne semblent pas menacés. Pour l'instant.


Hervé Morin
Article paru dans l'édition du 15.02.09
Repost 0
Published by Faboisset
commenter cet article